Le Parfum histoire d'un meurtrier de Süskind

Publié le

Le Parfum histoire d'un meurtrier de Süskind
Critique de "Le Parfum - histoire d'un meurtrier" de Patrick Suskind

Attention chef d'oeuvre! Mais je vais faire un pour ou contre. Lu en 2007. Éditions Fayard / Livre de Poche.

Synopsis

Au XVIIIe siècle vivait une légende trop peu connue, telle dans les contes de fées. Brrrrr. Tremblez! En France,  une femme accouche dans la rue et abandonne son enfant. Il grandit.  L'homme est parmi les personnages les plus géniaux et les plus horribles de son époque. Abandonné donc, la solitude lui monte à la tête,  Grenouille c'est son nom, vit le plus simplement possible comme un homme primitif et son âme se délecte de tous les parfums qui l'entourent.  ça devient son dada. Car il possède un don incroyable: un nez . Il voudrait devenir Dieu et maîtriser les odeurs et le coeur des hommes qu'il abhorre.

Une description paradoxale du don

Il a un nez Grenouille.  Il aurait pu être grand parfumeur du Roy mais son enfance,  autre thème du roman, le laisse dans un état de haine et d'associal marginal. Le don c'est la médaille et le revers de la médaille. Süskind décrit très bien la déchéance corporelle (un peu à la manière des films de Cronenberg ou de la Metamorphose de Kafka). Le don de Grenouille fait écho à l'abandon dont il a fait l'objet: il veut capturer les odeurs et faire les hommes et femmes siens, les contrôler et les manipuler. 

Naissance d'un meurtrier

Comme Hannibal Lecter ou le Zodiac ou les tueurs de sang froid de Truman Capote, Süskind crée l'un des meilleurs tueurs en série de la littérature avec une vraie originalité,  sans voyeurisme comme la série américaine Esprits criminels,  il détecte chaque mouvement et chaque réflexion de Grenouille comme s'il était le personnage. Effrayant.

Mon avis

Un aboutissement.  Une oeuvre incroyable et majeure. A lire absolument!  pour comprendre la force inhumaine le dégoût qui poussent Grenouille, une force qui n'est pas étrangère aux pires crimes contre l'humanité.  A la fois poétique et désespérant.

Pour ou contre?

Vous avez lu le pour mais le contre est là.  si l'écriture est bonne, l'originalité est assez ragoûtante. Il faut aimer le glauque.  Il faut aussi ne pas mettre se livre entre des mains incultes qui ne connaissent pas les crimes contre l'humanité,  les génocides,  le nazisme, les tueurs en série, ceux qui prennent la fiction pour de la fiction d'accord, mais l'anti héros Grenouille est insupportable, on ne peut l'aimer.

Note 18/20

Le film (une horreur)

Le film (une horreur)

BO Le Parfum

Publié dans romans

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Aline 01/11/2013 14:22

J'adore ta critique ! Quelle belle analyse de ce roman. Tu me donnes envie de le relire. :-)

Madame Tassanie 02/11/2013 01:09

C'est le meilleur compliment pour une blogueuse littéraire :))))