Parle-leur de batailles, de Rois et d'éléphants de Mathias Enard

Publié le par Madame Tassanie

Parle-leur de batailles, de Rois et d'éléphants de Mathias Enard

Critique de "Parle-leur de batailles, de rois et d'éléphants" de Mathias Enard

Un court roman qui m'a tout de suite plu. Je l'ai pris pour le titre d'abord, pour le résumé de l'histoire ensuite et enfin car il était assez bien critiqué par la presse.

Chez Acte Sud. 2010.

Un prix Goncourt des lycéens

À peine est-il paru que ce livre suscite déjà les convoitises de grands prix littéraires de renom (Goncourt etc.) il repartira finalement avec le Goncourt des lycéens, un prix très apprécié avec une vision, je trouve, très ouverte de la littérature et de la fiction utile. En même temps il s'y connaît le Énard, il a étudié le persan et l'arabe et fait de longs séjours au moyen-Orient dit sa biographie. Il a aussi reçu le prix du livre en Poitou Charente !

Michel Ange et toute la beauté du monde

Bien sûr, l'auteur se laisse porter par une époque dorée de la vie de Michel Ange (qui n'a pourtant pas eu la vie facile), mais ce siècle regorgeait de découvertes artistiques, scientifiques et littéraires.

Dans cette fiction tout de même documentée sans avoir l'air de l'être, l'auteur imagine un voyage que Michel-Ange aurait pu effectuer en mai 1506 vers Constantinople à la demande du grand sultan Bajazet l'invitant (avec beaucoup de jalousie et d'orgueil), à délaisser les travaux du tombeau du pape Jules II pour réaliser le projet du pont de la Corne d'or sur le Bosphore : autant dire un projet voué à sa mort, un projet damné s'il en est.

Ma critique

La vie de Michel-Ange rêvée par Enard et racontée au moment de son triomphe personnel, où son art arrivé à son paroxysme le fait connaître du monde entier, avec la jalousie ou la haine des autres qui règnent autour de lui. Le point de vue historique très subjectif qui est adopté ici, est intéressant. De plus c'est très bien écrit, avec parfois des expressions légèrement empesées mais de belles images. Court. Concis. Sans faute.

Note - 18/20

La nuit ne communique pas avec le jour. Elle y brûle. On la porte au bûcher à l'aube. Et avec elle ses gens, les buveurs, les poètes, les amants. Nous sommes un peuple de relégués, de condamnés à mort.

Mathias Énard

Parle-leur de batailles, de Rois et d'éléphants de Mathias Enard

Publié dans romans, Coup de coeur

Commenter cet article