Rebecca (1940) d'Alfred Hitchcock

Publié le par Madame Tassanie

Rebecca (1940) d'Alfred Hitchcock
Rebecca (1940) d'Alfred Hitchcock

Critique du film "Rebecca" (1940) d'Alfred Hitchcock

Mon film préféré dans mon top 3 et premier de mon top 3. Alors, Amen.

Casting: Joan Fontaine, Laurence Olivier

Réalisateur: Alfred Hitchcock

Pays: États Unis Année 1940

Récompense : Oscar du meilleur film

Hitchcock aux États Unis...

Rebecca est le premier film américain qu'Alfred Hitchcock a réalisé aux USA. Il est sorti en 1940. Alors vous allez me dire: "C'est vieux, c'est en noir et blanc, c'est tout pourri..!!!" eh oh!!! on se calme! ;) ouverture d'esprit tu connais ?

Une adaptation réussie

C'est aussi l'adaptation du roman que l'auteure Daphne du Maurier a écrit et publié en 1938. Il s'agit plutôt d'une histoire d'amour, un conte romantique et gothique, qui parle de l'emprise obsessionnelle d'une femme fatale et morte sur celui qui fut son mari (Joué par Laurence Olivier "Le Grand" tellement mégalo qu'il aurait aimé ce titre...). Cependant, il choisit pour nouvelle épouse,naïve et provenant d'une classe sociale inférieure, juste un an après la mort de sa femme la bien nommée Rebecca.


On commence avec une rencontre

Rien de plus romantique qu'une rencontre au sommet. Et pour le coup, au sommet d'une falaise où le pauvre Max se demande s'il ne devrait pas sauter. Heureusement une jeune femme est là. Elle va le sauver et lui rendre sa bonne humeur, lui faire battre son cœur. Elle est malheureusement l'employée de la terrible et horripilante Mrs. Edythe Van Hopper, une vieille veuve accariâtre, qui est en villégiature "de santé" à Monte-Carlo (un lieu de tournage très apprécié par les cinéastes!).

Elles finissent par apprendre la présence de Maxim de Winter, riche veuf, celui-là même que la jeune dame de compagnie a sauvé du suicide... les deux se marienttrès rapidement et Max l'emmène chez lui, à Manderley, terrifiante demeure, dans la côte des Cornouailles, assaillie par tempête, pluies, vents et marrées.

Des éléments du romantisme et du courant gothique

La demeure Manderlay, la plage, la cabane sur la plage, les secrets, la gouvernante Mrs. Danvers qui se montre glaciale et secrète sont autant de signes empruntés au gothique pour sublimer l'intrigue: la mort mystérieuse de Rebecca.

A la fois Maxim et Mrs Danvers vouaient une passion voire une obsession à Rebecca et même morte, ils ne parviennent pas à l'oublier. Mrs Danvers voit la nouvelle épouse comme une intruse et une usurpatrice. Elle fera tout pour l'effrayer.


Un fantôme?

L'esprit de Rebecca hante les moindres recoins du film. Un véritable succès au niveau suspens et écriture scénaristique. Du point du vue du film, la vision d'Hitchcock est superbe, sublime le film dans des noirs profonds, des plans lents et longs où on se demande ce qui va se passer ensuite.

Une révolution

La période Hitchcockienne intense a commencé, adulé par certains, haï par beaucoup de femmes, comme la polémique Kechiche et Léa Seydoux dans "La vie d'Adele" mais un film chef d'œuvre qui justement œuvre pour l'art et le cinéma. Ou comment réussir une adaptation d'un roman.

Note - sublimement intense 20/20

Publié dans cinema

Commenter cet article