Sukkwan Island de David Vann, roman glacial

Publié le par Madame Tassa

Sukkwan Island de David Vann, roman glacial

C'est une lecture d'été 2012. Ce fut un choc, psychologique, frontal, violent. Je ne m'y attendais pas et vous non plus d'ailleurs...

Je croyais en l'empruntant à ma bibliothèque municipale que c'était un livre triste, mais en fait c'était bien pire. C'est ravageant. C'est révoltant. Je me suis senti seule, trahie. Voyeuse. Et en même temps incapable. Incapable de lâcher ce livre.

En lisant ce livre j'ai compris que ça ne me laisserait pas de glace. Pourquoi un père et son fils partent-ils, pour tout quitter, jusqu'à la civilisation même, celle qui les à forgés? C'est irritant de voir des gens comme ça qui croient encore que tout laisser tomber pour la simplicité même, c'est agir de raison. Parce que la tragédie, presque grecque, les rattrape. Ce pauvre fils ne sait pas ce qui l'attend ou plutôt le soupçonne-t-il assez tôt sans insister. Il joue le rôle de gardien, et dès qu'il n'est plus là, les choses s'aggravent, le père perd pied, perd les seuls repéres qu'il avait choisi de mettre de côté au nom de son intégrité et de sa petite personne. Egoïsme naturel? Le roman n'est pas non plus un miroir de la société, plutôt de la nature humaine prise au piège dans une société oppressante avec ses traditions, ses conventions.

La nature est omniprésente dans ce roman. Elle est belle, grandiose, sublime, majestueuse, effrayante, ombrageuse, ténébreuse, elle domine l'Homme et l'Homme se laisse dominer par elle. Peu à peu, ce retour à la Nature tourne au retour à l'animalité, à la bestialité sanglante. Pure et dure. La violence des mots suffit pour me mettre la chair de poule. David Vann a une écriture ciselée, concise, sans artifice aucun, au rythme effréné. La fin est proche... C'est à bout de souffle que j'ai terminé ce livre. 


J'ai senti en moi monter des rires jaunes alors que je lisais la seconde partie. Abasourdie par la tournure des choses... Je sentis que c'était ...malsain. La nature n'est-elle pas censée être salvatrice? 


Un livre trouble qui vous trouble. Une fin qui justifie les moyens. C'est étrange, si j'avais su que cela se terminait ainsi, aurais-je emprunté ce livre?

Note: 18/20

Publié dans romans, Coup de coeur

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article